Du ‘scandale géologique’ congolais aux ‘éléphants blancs’ : Mobutu et l’exploitation des ressources naturelles (1965-1974)


Informations

Auteur(s)
 :  Walter Bruyères-Ostells Historien, Sciences Po Aix - CHERPA
Activité  :  Politiques des ressources en sortie de conflit
Programme  :  POST : Penser les sorties de guerre au prisme des politiques des ressources et des crises naturelles RSS
Lieu  :  MSH Sud, site Saint-Charles 2, Montpellier
Date  :  24 novembre 2017
Langue  :  Français  
Télécharger  :  Format HD
Licence  :  Licence Creative Commons

En résumé

La mise en place d’un régime autoritaire sous la conduite de Joseph Mobutu à partir de 1965 s’inscrit dans un contexte de lutte pour se dégager des tutelles coloniales. Mobutu souhaite neutraliser les leviers financiers pour des opposants potentiels que constituent les ressources naturelles dans des régions périphériques hors de contrôle réel de l’autorité centrale. Parmi les mesures prises, l’interdiction des autres partis permet de réduire la menace communiste en coopération avec des alliés du bloc occidental. Supplantant la Belgique et la France, les Etats-Unis appuient le nouveau pouvoir. Ainsi, la politique de Joseph Mobutu vise à éteindre les politiques centrifuges des acteurs privés, notamment les grandes compagnies minières liées à des capitaux européens, qui détiennent la plupart des mines du pays. On étudiera la tension entre cet effort de « nationalisation » et une politique patrimonialiste et de prébendes qui ne renforce pas réellement l’Etat central.

Dans une seconde partie, on établira une relation de cause à effet entre cette politique patrimonialiste et l’échec économique et politique dans les provinces périphériques. Après avoir fait tomber les sociétés minières belges au capitalisme paternaliste - adossé à l’Eglise pour le contrôle des populations locales - Mobutu ne développe pas de partenariat fiable ni au niveau local, ni par les investisseurs étrangers. A partir de 1973, la crise économique vient à nouveau fragiliser l’Etat congolais, très dépendant de ses exportations, et les provinces périphériques concernées par l’économie minière redeviennent des espaces investis par les oppositions et des théâtres de violences politiques (à commencer le Katanga devenu Shaba).


© 2006 - 2018 MSHSUD.TV