Agora des Savoirs


Afficher toutes les vidéos

Lors de l’Agora des savoirs 1, qui s’est déroulée du 4 novembre 2009 au 16 juin 2010, les scientifiques et leurs auditeurs se sont interrogés sur les origines.

À partir de quel moment, l’homme a-t-il commencé à représenter la figure humaine ? Saviez-vous que 200 millions d’années avant l’essor des premiers dinosaures le monde était déjà peuplé de créatures fantastiques ? Pouvez-vous expliquer pourquoi, alors que dans la nature certains animaux se clonent eux-mêmes, la reproduction sexuée s’est maintenue chez plusieurs espèces, notamment chez l’homme ? Avez-vous une idée de l’origine du temps ? Comment s’est-il mis en route, a-t-il précédé l’univers, pourrait-il s’interrompre ou inverser son cours ?


Afficher toutes les vidéos

Notre époque est mal à l’aise avec les valeurs, parce que sa passion de l’égalité lui fait craindre les hiérarchies. Mais si tout se vaut, rien ne vaut. On se souvient d’Alceste, dans Le Misanthrope, s’emportant contre le lâche refus de juger de la valeur d’un poète : « car c’est n’estimer rien, qu’estimer tout le monde. » Mais qu’est-ce donc qu’estimer ?

Estimer quelqu’un, c’est lui reconnaître une dignité propre, un mérite – courage, honnêteté, voire intelligence, talent ou génie. L’estime s’accompagne de respect, et d’admiration. On peut admirer et respecter la nature : l’océan, la forêt, la faune et la flore, leur beauté, leur diversité. L’estime s’adresse ainsi à la valeur des choses ou des êtres, c’est-à-dire à leurs qualités, à leur nature propre. Tout autre est l’estimation qui juge ou évalue une quantité. Elle est quantitative et comptable : on estime une distance, une durée, une population, l’âge de quelqu’un, le prix d’une marchandise ou d’un patrimoine (en euros, en dollars, ou en une autre monnaie). Qu’elle soit approximative ou exacte, l’évaluation des quantités règne aussi bien sur le marché que dans les sciences. Les valeurs quantitatives répondent à la question : combien ? « Le pape, combien de divisions ? » aurait demandé Staline en 1945. Mais tout est-il mesurable et échangeable ? Tout a-t-il un prix ? On se souvient de Kant : les choses ont un prix, la personne a une dignité. En tant qu’elle a droit à une estime absolue, elle est sans prix, inéchangeable, inestimable. Je voudrais poser la question philosophique des rapports entre nos différentes façons d’évaluer et suggérer qu’une civilisation repose sur des valeurs inestimables.


Afficher toutes les vidéos

Ce que nous disent aujourd’hui les physiciens de leurs recherches et découvertes met souvent à mal notre sens commun, nos manières devoir et de nous représenter le monde, bousculent nos évidences...

Au fin fond de la physique moderne se trouve l’idée, assez platonicienne, qu’il existe deux mondes distincts : un premier monde fait de concepts, de principes formels, de lois mathématiques, dont l’agencement est censé permettre de comprendre les phénomènes physiques qui se déroulent dans le second monde, qui est le monde empirique. Mais quelle est la nature du lien qui existe entre les théories physiques "qui ont fait leurs preuves" et la réalité ? S’agit-il d’une véritable rencontre ou simplement d’un effleurement ? Et comment s’assurer que les théories physiques ne divaguent pas à propos des objets qu’elles visent ? Inlassable « passeur » des savoirs scientifiques auprès du grand public, ardent défenseur du dialogue des disciplines entre elles, du nécessaire rapprochement entre sciences et humanités, Étienne Klein est aussi depuis l’origine le parrain bienveillant et précieux de l’Agora des savoirs.


Afficher toutes les vidéos

Du 6 novembre 2012 au 29 mai 2013,
24 conférences hebdomadaires le mercredi soir.
Salle Rabelais, à 20h30.

Entrée libre et gratuite.


Afficher toutes les vidéos

Pour fêter son 5ème anniversaire, et après des saisons consacrées aux origines, aux valeurs, aux (in) certitudes et aux usages des savoirs et des sciences, l’Agora des savoirs adoptera cette fois la forme d’un abécédaire : de A comme Arbre à Z comme Zéro, 24 conférences originales, ludiques et savantes composeront un véritable alphabet des savoirs et des sciences.


Afficher toutes les vidéos

Déjà cinq ans d’existence et l’Agora des Savoirs repart pour une 6e saison. Grâce à l’aide d’un conseil scientifique composé désormais d’une quarantaine d’universitaires montpelliérains, cette manifestation populaire ouvre, cette année encore, une fenêtre sur les connaissances scientifiques et les dernières avancées de la recherche.

Cette année, 24 conférences, à une ou deux voix, seront l’occasion d’explorer le thème des (R)évolutions : certaines évoqueront les crises, bouleversements ou lentes transformations qui ont abouti à l’apparition du monde qui est le nôtre ; d’autres interrogeront la constitution et l’évolution des savoirs et des sciences, l’idée de « révolution scientifique » et de « révolution artistique » ; d’autres enfin tenteront de mieux cerner les enjeux et défis du monde qui vient, ses incertitudes et ses espoirs.


Afficher toutes les vidéos

Après les (R)évolutions la saison dernière, l’Agora des savoirs a proposé cette année à 22 universitaires d’interroger le proche et le lointain. Des mathématiques à l’histoire, de la géologie à la chimie, de l’ethnologie à la paléontologie, de la philosophie à la physique, de nombreuses disciplines seront ainsi convoquées le mercredi soir au Centre Rabelais autour de questions souvent ludiques, parfois mystérieuses, toujours passionnantes.

L’urgence climatique et ses lointaines conséquences, l’accueil que nous sommes en mesure de faire à l’autre qui frappe aux portes de l’Europe, les jeux d’échelle qui déterminent aujourd’hui le sort des conflits, l’histoire de la Méditerranée et la multiplicité des identités qui s’y rencontrent et superposent : autant de thèmes sous-tendus par les relations complexes entre le proche et le lointain, l’hier et l’aujourd’hui, l’identique et le différent, l’ici et l’ailleurs, l’humain et l’inhumain. C’est de leur rapprochement que naissent souvent une meilleure connaissance et une meilleure compréhension du monde qui nous entoure et de nous-mêmes ; et c’est également ce rapprochement qui nous permet d’appréhender ce qui nous est le plus étranger, les objets et les mondes disparus, les époques révolues…

Cette année encore, jeunes chercheurs et grandes figures du monde du savoir et des sciences auront à cœur de partager avec vous les fruits de leur travaux et d’illustrer l’impérieuse nécessité de la connaissance face à la complexité du monde.


Afficher toutes les vidéos

Pour sa 8e saison, l’Agora des savoirs vous invite à traverser les frontières ! Qu’elle soit physique ou mentale, géographique ou symbolique, la frontière sépare et relie. En science, elle permet de distinguer, de classer, de définir. Elle sert de point de rencontre des peuples et des États. Les frontières ont longtemps permis à l’homme de se distinguer de l’animal, du divin, de l’inhumain, de juger du normal et de l’anormal, de séparer le proche et l’étranger.

Mais les frontières ne sont pas immuables : le progrès des connaissances scientifiques et des savoirs, la longue marche de l’Histoire, les acquis démocratiques et l’avancée des droits et des libertés remettent quotidiennement en cause leur existence, effaçant les unes, redessinant les autres. Les vingt-deux conférences de cette 8e saison illustreront, aux travers de nombreuses disciplines et sous des angles parfois surprenants, ces perpétuels passages et réinventions des frontières.

Le conseil scientifique de l’Agora des savoirs, composé d’une quarantaine d’Universitaires montpelliérains représentant de nombreuses disciplines scientifiques, a cette année encore élaboré une programmation savante et populaire, susceptible d’attiser la curiosité et le goût d’apprendre et de comprendre. Et pour que l’Agora des savoirs s’adresse à un maximum de public, les conférences continuent à être diffusées en direct, sur internet et à la radio.

Des extraterrestres aux robots musiciens, en passant par l’île de Pâques et ses mystères, les cires anatomiques du médecin Louis Auzoux ou le mythe des Arabes nomades dans la littérature orientaliste : autant de questions passionnantes, parfois inattendues, qui vous attendent les mercredis soirs de novembre à mai.


Afficher toutes les vidéos

Rendez-vous incontournable des amoureux des sciences et de la connaissance, l’Agora des savoirs lance début octobre sa 9e saison et fait sa révolution : ce ne sont pas moins de quatre programmations qui vont se succéder, d’octobre à mai, et que vous aurez le plaisir de découvrir tous les deux mois !


© 2006 - 2019 MSHSUD.TV